La récupération de données (ou restauration de données) est une opération informatique qui consiste à retrouver les données perdues à la suite d’une erreur humaine, une défaillance matérielle, un accident ou au moment opportun d’un test de récupération de données défini dans une procédure de stratégie de sauvegarde et d’archive (également appelé plan de sauvegarde). La difficulté de la restauration de donnée varie beaucoup, pouvant être une simple formalité ou au contraire, un défi technologique.

La récupération de données d’un support se divise en quatre parties, qu’il s’agisse de disques durs, de bandes magnétiques, etc.

La réparation du support.
Que ce soit une clef usb, un disque dur ou un disque SSD, la réparation est la première étape. Souvent temporaire, la réparation fait appel à des solutions matérielles donc chères et en général effectuées par des professionnels.
La copie bit à bit du contenu du support du médium.
Cette phase fait appel soit à une solution matérielle soit à une solution logicielle. En fonction du médium, certaines options sont plus efficaces que d’autres. Le but étant de travailler ensuite sur une copie du médium et non pas directement sur celui-ci de façon à le solliciter un minimum et ainsi éviter sa destruction définitive.
La récupération de données proprement dites.
L’approche est logicielle. Ce sont typiquement les solutions les plus vendues sur le marché. Allant de la simple récupération de partitions à la récupération complète des données.
La réparation des fichiers qui sont corrompus ou inexploitables.
La dernière phase se fait soit à la main soit à l’aide de logiciels. C’est une activité très importante pour les sociétés qui travaillent sur les recherches de preuves informatiques.

Hélas la récupération de données n’est pas toujours possible, d’où l’importance d’avoir un système de sauvegarde Cloud ou un serveur.